Un avis sur : le briquet du futur



La catégorie d’articles nommée sobrement “un avis sur” vous propose de lire l’avis d’un rédacteur du blog sur un événement, un produit ou un service bien précis. Dans tous les cas, tout sera dit en toute honnêteté, que le produit ou autre soit bien ou mauvais ! Aujourd’hui, nous allons parler d’un produit du futur : le briquet à arc électrique.


Et c’est une marque française qui est à l’origine de ces briquets à arc électrique - en tous cas cette gamme luxueuse - nommée PureInnov. La technologie utilisée est semblable à celle des taser avec de petites électrodes afin de faire passer le courant. Bien entendu, une petite batterie est incorporée au briquet et le tout se recharge en USB comme un smartphone. 

L’entreprise parle de ces briquets en ventant les attributs écologiques et économiques. Il est vrai que contrairement à un briquet jetable, celui-ci ne se jette ni à la poubelle, ni pour certaines personnes à terre dans la rue en même temps qu’un mégot. Même si ce briquet du futur ne propose que 500 recharges maximum environ, il reste plus économique et écologique qu’un Zippo, pas besoin d’acheter des petits bidons d’essence à Zippo et donc pas besoin de jeter ce bidon. Bon, je vais peut-être chercher un peu loin, mais moi-même utilisateur de Zippo, je ne sais jamais vraiment quoi faire de ces bidons encore imprégnés d’essence …

En plus d’êtres à un prix raisonnable (disponibles en 6 modèles allant de 25€ à 50€), ces briquets à arc électrique sont pour la plupart plutôt jolis. Seul le modèle “PureNight” est pour moi assez spécial, mais s’il est là c’est qu’un public existe. J’ai eu l’occasion d’utiliser le PureLine. Livré dans une boîte semblable à celle d’une montre par exemple, emballé dans un papier protecteur et accompagné d’un petit câble USB et d'une brosse (afin de nettoyer les électrodes), le tout donne un rendu assez classe et luxueux pour un briquet.

Geekulture - Purreinov briquet à arc électrique 4Geekulture - Purreinov briquet à arc électrique 2Geekulture - Purreinov briquet à arc électrique 3

En ce qui concerne l’utilisation, ce briquet sans flamme permet d’allumer tout et n’importe quoi : cigarette, bougies, encens, papier, petit bois, tout est censé s’allumer avec lui. J’ai donc fait l’expérience. Au niveau des cigarettes, c’est assez difficile de réussir dès le début à bien en allumer. L’espace entre les électrodes est plus petit que la taille d’une cigarette, il faut donc ruser ou être un minimum patient (quelques secondes suffises bien entendu). Pour les bougies, je dispose chez moi de bougies dans des sortes de verres. Et là, gros soucis : le briquet ne s’ouvre pas “entièrement”, l’angle est assez petit, contrairement à par exemple un Zippo qui laisse s’ouvre bien plus, le “couvercle” passant même sur le côté. Ici non, il reste plus ou moins sur le dessus. J’avais donc la mèche de bougie à facile 4 cm de l’arc, impossible d’allumer donc. Mais concrètement, c’est un cas isolé. Tout brûle bien avec ce briquet, papier, plastique fin, carton … 

On pourrait se dire que mettre un mini taser entre les mains de milliers de gens peut être une mauvaise idée. Il suffit d’une seconde d'inattention en jouant avec et nous voici électrocutés. Bon alors oui et non. Ce soucis m’est arrivé, et c’est TRÈS surprenant de se prendre une décharge dans le doigt, mais je n’ai ressenti aucune douleur, simplement des sortes de “fourmis” dans la main au moment de la décharge. Plus rien après (hormis deux petits points de peau brûlée au niveau des électrodes forcément).




Différents modèles, dont le PureNight en premier. Le dernier propose un double arc électrique

Alors est-ce que cela vaux l’achat ou non ? Je pense que oui. C’est un gadget assez intéressant, qui ne prend pas le vent, la pluie ou la haute altitude. Vous pourrez allumer votre feu de bois avec en haut de votre montagne, ou allumer votre clope en plein vent sans trop de soucis. Au niveau du prix, c’est dans la même gamme de que les moins chers des Zippo. Pour une durée de vie peut-être plus limitée, mais certainement moins coûteux au moyen terme et moins contraignant pour la recharge. Parce que oui, je me suis renversé plusieurs fois de l’essence sur le doigt en voulant trop remplir mon Zippo ...

Merci à PureInnov de m'avoir fourni un briquet PureLine
Site PureInnov : www.pureinnov.com
Arc électrique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_%C3%A9lectrique

Un avis sur : l'E3 2016

Geekulture - E3 2016

La catégorie d’articles nommée sobrement “un avis sur” vous propose de lire l’avis d’un rédacteur du blog sur un évènement, un produit ou un service bien précis. Dans tous les cas, tout sera dit en toute honnêteté, que le produit ou autre soit bien ou mauvais ! Aujourd’hui, nous allons parler de l’E3 2016, le plus grand salon de jeux-vidéo au monde.


Tous les ans, en juin, les amoureux du jeu vidéo posent des congés, arrêtent leurs études, abandonnent leurs familles et s’enferme dans un bunker (connecté à la fibre quand même) pour suivre les conférences de Sony, Microsoft, Nintendo, EA Games, Ubisoft et d’autres, selon les années. Bon, de mon côté j’ai regardé la plupart sans forcément abandonner des gens ou acheter un bunker, mais je compte tout de même en parler, conférence par conférence. Je passerais celle PC Gaming et celle de Bethesda car je ne m’y suis pas assez intéressé (Skyrim sur One / PS4, non merci). Concernant celle d’Ubisoft, il y a eu du contenu mais … je ne sais pas, je ne suis pas attiré. Ni pour critiquer, ni pour faire l’éloge. Rien ne ressort de mon côté pour Ubi, je n’en parlerais donc pas. 

Electronic Arts - Du foot et des soldats


Je l’avoue, j’aime beaucoup jouer à FIFA, j’aime acheter le nouvel épisode tous les ans, lancer ma carrière avec le Racing Club de Lens et je l’assume. Cette année, EA Games a préféré nous présenter autre chose que la nouvelle physique de ballon ou l’IA toujours plus intelligente (ou moins débile) : le mode scénario a été mis en avant. Il s’agit d’une chose totalement nouvelle dans FIFA 17, et qui peut, si elle est bien mise en place, être réellement très intéressante. Le but sera de suivre un joueur nommé Alex Hunter en Premier League (équivalent de la Ligue 1 en Angleterre). Lancement de carrière, gestion de contrats, matches, vie privée … Beaucoup de lieux seront modélisés (terrain bien entendu, mais aussi domicile, avion, vestiaires …) afin de donner vie à une sorte de “FIFA Sims” en plus élaboré. Pour l’occasion, José Mourinho (nouvel entraîneur de Manchester United) est venu sur scène. Parce que oui, 4 entraîneurs de renom seront modélisés dans le jeu, dont notre José, et c'est la première fois. Avec l'importance de ces meneurs d'équipe dans le monde du football, il était temps.

Geekulture - Battlefield 1

La seconde chose qui m’a tapé dans l’oeil dans cette conférence était Battlefield 1. Malgré le fait que nous ayons déjà vu certaines images du jeu, le gameplay a l’air vraiment bon dans cette guerre mondiale, l’atmosphère a l’air réelle et le jeu est vraiment beau (sur PC en tous cas, ma Xbox One risque de cracher ses poumons). Seul bémol : les soldats français ne seront pas jouables au lancement. Ou comment cracher sur plus d’un millions de soldats morts pour leur patrie.

Microsoft - Xbox One S, Project Scorpio et pas de jeux


Bon, je suis un peu médisant. Pas de jeux, c’est faux. Microsoft a présenté Gears of War 4 (pour la énième fois) en disant qu’il est beau et cool. Et à la fin on voit même Marcus Fenix en vieux. Puis ils ont montré Halo Wars 2. Puis entre deux, le seul jeu de la conférence qui m’intéresse réellement : Recore. Le principe de ce jeu élaboré par les créateurs de Metroid Prime est que vous êtes l’un des derniers humains sur une planète contrôlée par des robots qui vous veulent du mal. Bon jusqu’ici c’est bateau, mais le côté intéressant du jeu se trouve dans le fait que vous devez vous lier d'amitié avec des robots en utilisant un “noyau” qui contient une sorte de conscience. Il sera donc possible de passer d’un robot à l’autre facilement afin d’utiliser au mieux leurs capacités. Bref, ce côté gestion de l’IA qui nous suit m’intéresse. Fortement.

Geekulture - Xbox One Project Scorpio

Microsoft a également annoncé une Xbox One S(lim), qui sera 40% plus fine que la One de base, avec un disque dur de 2To (deux autres versions seront dispo avec 500Go et 1To), la possibilité de lire des films en 4K et un rendu soit-disant HDR sur les jeux. Puis à la fin, la Xbox One Project Scorpio. Une console censée être surpuissante, avec plein de composants trop cool dedans. D’un côté c’est une bonne nouvelle, peut-être qu’on en finira avec les jeux aliasés et à 25fps sur console. Mais de l’autre, les acheteurs de la Xbox One classique dont je fais partie se sentent … comment dire … irrités.

Sony - God of War, VR et remasterisation


Malgré une conférence ultra rythmée et bien gérée, je reste sur ma faim. Comme d’hab. Un gros God of War bien de chez eux qui est tout beau et tout lent avec un Kratos vieux qui a maintenant une barbe et un gamin. Un blabla sur The Last Guardian (qui a une date maintenant !), un jeu remasterisé (cette fois c’est Crash Bandicoot qui a été sélectionné dans les jeux qui peuvent rapporter gros) et de la VR. Oui ça c’est nouveau, ils prennent plein de gros jeux, y ajoutent un gros casque et le WOW effect est présent. Non sérieusement, Sony et le marketing c’est vraiment beau à voir. Je veux un nouveau jeu à la Jak & Daxter. Un nouveau jeu de plate-forme à la Sony, comme sur PS2 … S’il vous plaît.

Ah oui, ils ont montré Call of Duty aussi. Je ne suis pas emballé du tout par ce jeu. Je ne vois aucune différence avec les deux derniers opus. Je ne vois aucune amélioration visuelle. Et je ne vois pas la version PS Vita. Hé mais attendez ... Elle est où la PS Vita ? Hein Sony ?

Nintendo - Zelda, Pokélol, Zelda, Zelda, Zelda


Bordel Dernier jour de l’E3, enfin des frissons. J’ai bien cru que j’allais rester là à boire mon café devant chaque conférence en me disant “Oh sympa. Oh nul. C’est quand la fin ?”. Début de conférence, Reggie qui nous lance sur un trailer magnifique de Zelda, qui vient de trouver un nom pour l’occasion : Breath of the Wild. Comprenez le “souffle de la nature”.

Geekulture - Zelda Breath of the Wild

Après ce fameux trailer assez fou, Nintendo nous a montré Pokémon Moon & Sun. Un peu trop longtemps en fait. Il suffisait d’aller sur Twitter pour comprendre que tout le monde voulait du gameplay de ZELDA. Après une bonne trentaine de minutes dirais-je, voire plus, nous avons eu droit à plusieurs heures de gameplay. Ils nous a été possible de voir Link gambader dans une plaine, se faire à manger, récupérer des armes, frapper avec et les casser pour en trouver d’autres, récupérer des équipements (hauts, pantalons), chasser. Et puis Link peut sauter tout seul maintenant. Puis courir (comme dans Skyward Sword) et … Grimper. Partout. Un vrai petit singe. Link peut maintenant grimper les paroi rocheuses, les arbres, les bâtiments : la promesse d’une vraie liberté et de l’utilisation de tout ce qui nous est proposé en terme de level design. Autre nouveauté, Link peut récupérer une hache pour couper des arbres et ensuite trouver des branches pour faire du feu.


Concrètement, tout ce que nous avons vu (ou presque) existe déjà depuis un moment dans le monde du jeu vidéo. Skyrim, Minecraft, Tomb Raider … bref, peu de nouveautés dans le domaine du jeu vidéo. Mais des nouveautés extraordinaires pour Zelda. Le ressenti est assez spécial. Comme un fan d’Apple, nous savons que ce qu’on nous montre existe déjà, mais comme tout ceci concerne quelque chose que nous idolâtrons, nous sommes ulra fans.

Geekulture - Zelda Breath to the Wild 1Geekulture - Zelda Breath to the Wild 2

Geekulture - Zelda Breath to the Wild 3Geekulture - Zelda Breath to the Wild 4


Dans ce “Nintendo Treehouse”, il ne manquait donc que du scénario pour Zelda. Bonne ou mauvaise chose je ne sais pas, en tous cas nous n’avons pas été spoilé sur l’aventure et nous avons eu droit à énormément de gameplay dans une petite partie de la carte assez imposante de The Legend of Zelda Breath of the Wild. De mon côté, je suis vraiment ultra impatient. Vivement 2017. Parce que même si la Wii U ne me plaît plus, Zelda va sauver la mienne de la revente.

Bref, un E3 qui a bien failli pour moi être vite oublié. D'habitude passionné par chaque conférence, cette année je suis allé jusqu'à ne pas parler de trois d'entre elles. Et seuls deux jeux m'ont donné envie : Recore, et Zelda. J'espère que l'année prochaine sera plus remplie, avec des jeux NX.


Suivez nous sur : Facebook | Twitter
- Toutes l’actualité de l'E3 2016 : http://www.journaldugamer.com/category/e3/
- Trailer FIFA 17 : https://www.youtube.com/watch?v=P9LHzVEPodg
- Trailer Recore : https://www.youtube.com/watch?v=IAH3vCD8NRQ
- Gameplay Gears of War 4 : https://www.youtube.com/watch?v=9V-aBdWY2us
- Gameplay God of War : https://www.youtube.com/watch?v=CJ_GCPaKywg

L'utilité des montres connectées

Geekulture - L'utilité des montres connectées
Geekulture - Montres connectées


Les smartwatch, montres connectées, peinent à conquérir le grand public. Les amoureux de technologies ne se privent pas de s'équiper le poignet, mais les autres ont peur du côté trop gadget.  Et pourtant tout le monde en parle ... mais quelle est donc l'utilité des montres connectées ?


Avant tout, il est important de savoir que non, Apple n’a pas créé la smartwatch. Si cette information est logique pour certains d’entre vous, la sur-médiatisation de l’Apple Watch a pu créer chez d’autres l’idée que la firme à la pomme était la première à en faire. Pour revenir un peu en arrière, la première smartwatch date de … 1982. La smartwatch Pulsar NL C01 de Seiko, non connectée, était munie entre autres de fonctions de calculs, d’agenda, de traduction. La première smartwatch connectée, appelée également watchphone, était une Seiko (encore eux) sortie en 1990, la Receptor permettait de recevoir des messages sur sa montre grâce à un abonnement de 35$ par mois.

Nous sommes donc bien loin de l’Apple Watch. Avant celle-ci, la première smartwatch digne de ce nom (à mes yeux) était la Pebble première du nom, sortie en 2012. Avec son rang de première montre connectée à dépasser le million d’unités vendues, elle a à jamais marqué l’histoire. Tout va ensuite très vite, Sony sort sa Smartwatch, puis sa Smartwatch 2, Samsung emboîte le pas avec une Gear dotées d’une caméra... Vient ensuite l’aire Android Wear : LG G Watch, Sony SmartWatch 3, Moto 360, etc. Bref, beaucoup de choses se sont passées, et la sortie prochaine d’Android Wear 2.0 ne va que faire grandir ce marché.

Mais la vraie question ici est : quelle est l’utilité d’une montre connectée ? Au premier abord, on peut se dire que c’est inutile. Un gadget comme un autre, sans avenir, sans utilité. Je pense que le meilleur moyen de se rendre compte de l’importance de ces montres est d’en avoir une. J’ai de mon côté eu l’occasion d’utiliser une SmartWatch 2 de Sony il y a plus d’un an. Carrée, pas très belle, elle m’a tout de même démontré les possibilités. Recevoir un message sur sa montre quand on est dans un train bondé, quoi de mieux ? Pouvoir simplement lever son poignet pour lire ce message et connaître son importance, au lieu de gêner les autres passagers debout à côté de soi en essayant de sortir le téléphone d’une poche bien cachée. Même principe pour lire un message ou un mail quand on est pressé, c’est bien plus pratique de regarder sa montre en marchant vite que de sortir son téléphone. Dernier usage utile : en réunion, lire (rapidement bien entendu) ses messages sans paraître impoli.

Geekulture - Interface Android Wear


Avec quelques fonctions assez mineures, la SmartWatch 2 restait assez pauvre. J’ai donc décidé de passer à la … SmartWatch 3. Tournant sous Android Wear (voir détails en bas de l'article), celle-ci me propose bien plus de choses. Avant tout, une compatibilité totale avec Android, une interface pensée pour être en harmonie avec mon Nexus 6. Plus aucun affichage hasardeux comme sur la SW2, tout est bien fait, et ce par Google directement. Les messages s’affichent parfaitement en utilisant au mieux le petit écran, toute l’interface est fluide, l’OS permet d’utiliser certaines fonctions en bougeant le poignet, et Google Now (voir détails en bas de l'article) et ses “cartes” (qui indiquent la météo, les actualités, les résultats sportifs, les séances de cinéma etc selon vos recherches habituelles et votre position) sont présentes. Un des gros points forts reste la personnalisation : il existe un nombre énorme de “cadrans” (affichage principal de la montre) sur le Play Store, dont certains proposant la météo, le nombre de pas, l’affichage de la batterie de votre montre et de votre téléphone … Bref, une multitude d’informations utiles et visibles en un mouvement de bras. Certaines applications vous permettent même de créer votre propre cadran !

L’utilité d’une smartwatch vient tout simplement avec l’habitude du produit. A force de l’utiliser, regarder l’heure de son départ de train, regarder le temps de route en voiture, la météo, ses mails, l’actualité et tout le reste sur sa montre devient un réflexe. Il est vrai que ceci est assez paradoxal, on ne peut pas se forcer à acheter une montre simplement pour se forcer à s’habituer. Et c’est pourtant le principe de l’achat compulsif, acheter sans savoir et risquer de ne pas aimer … Enfin bon, il suffit de lire certains articles sur le web (dont celui que vous lisez actuellement) pour se faire un avis sur la chose. Le soucis de ces montres est également le prix. Allant de 80 à plus de 500€, il est difficile de trouver celle que l’on préfère et surtout celle qui a le meilleur rapport qualité / prix. Un élément qui peut également expliquer pourquoi est-ce que le marché a certaines difficultés à grossir. Voyons comment Android Wear 2.0 va améliorer tout ceci, et espérons qu’Apple améliore son Apple Watch.

- Android Wear : https://www.android.com/intl/fr_fr/wear
- Google Now : https://www.google.com/intl/fr/landing/now


Suivez nous sur : Facebook | Twitter

[RESULTATS] [CONCOURS] - Humble Bundle Nintendo



Félicitations à MELANIE LARATTE qui remporte le Humble Bundle ! Je t'envoie de suite le lien pour récupérer ton lot :)

Capture d'écran du tirage au sort


-------------------------

Pour fêter le lancement récent du blog, Geekulture vous propose aujourd'hui de remporter un Humble Bundle " Friends of Nintendo " ! Ce dernier se compose de 8 jeux Wii U et 3DS et un thème pour 3DS. Petit bonus, d'autres jeux seront ajoutés au pack bientôt, le gagnant remportera donc le lot complet !

Le Humble Bundle offre la possibilité aux joueurs d'acheter des jeux à prix réduit tout en participant à des œuvres caritatives. Ou comment être un joueur au grand coeur !

Voici la liste des jeux du Humble Bundle (disponible également ici) :
- Retro City Rampage: DX (3DS)
- Affordable Space Adventures (Wii U)
- Shantae and the Pirate's Curse (Wii U et 3DS)
- Freedom Planet (Wii U)
- Rhythm Thief & the Emperor's Treasure (3DS)
- Citizens of Earth (Wii U ou 3DS)
- Thème Retro City Rampage (3DS)
- Super Street Fighter IV: 3D Edition (3DS)
- Darksiders II (Wii U)

Mise à jour : 3 nouveaux jeux font partie de la liste depuis le 3 mai à 19h :
- Swords & Soldiers II (Wii U)
- Nano Assault EX (3DS)
- Runbow (Wii U) 

Pour participer au concours, nous vous proposons 3 possibilités au choix : partager le post et suivre la page Facebook / tweeter un message défini et suivre le compte Twitter / poster un commentaire ci-dessous. Cela vous offre 1 à 3 chances de remporter le lot !

1 -  Laisser un commentaire sur l'article que vous lisez actuellement (sans oublier de préciser votre prénom et adresse mail, ou en vous connectant à votre compte Google)

ET / OU

2 - Suivre @GeekultureTW et tweeter " [CONCOURS] - Remportez un #HumbleBundle Friends of Nintendo - @GeekultureTW #GeekultureHumbleBundle - http://www.geekulture.fr/2016/04/concours-humble-bundle-friends-of.html "

ET / OU

3 - Suivre la page Geekulture et partager le post Facebook concernant le concours

Vous avez jusqu'au 8 mai 23h59 pour participer au concours. Le gagnant sera contacté par messagerie privée (Facebook / Twitter) ou par mail (si le gagnant tiré au sort a participé via commentaire). Nous enverrons le lien Humble Bundle au gagnant pour qu'il puisse récupérer gratuitement ses jeux et les télécharger sur ses consoles.

Les différentes phases de l’Univers Cinématographique Marvel


Avec tous les films et séries de super-héros à l’affiche, il est difficile de ne pas s’y perdre. C’est le constat qu’a fait Marvel. En effet, il y a plusieurs années en arrière, au début des années 2000, Marvel a distribué les droits de ces super-héros à plusieurs studios, par exemple à la 20th Century Fox pour les 4 Fantastiques, ou encore à Sony pour Spider-Man. Ainsi, chaque studio développait le super-héros et son univers, sans tenir compte d’une timeline cohérente avec les autres productions.

C’est ainsi que Marvel a eu l’idée de développer son propre studio de cinéma, Marvel Studios. L’objectif étant de tisser des liens entre les différents films, pour ensuite pouvoir réunir les personnages au sein d’un même film. Le maître mot est donc la cohérence, au niveau des intrigues, de la timeline et des personnages. Pour aller plus loin dans leur réflexion, ils ont même décidé de regrouper certains films par phase.

Dans la phase 1, c’est Iron Man, sorti en 2008, qui a lancé le Marvel Studios, suivi la même année par l’Incroyable Hulk. Puis, les productions, prémisses des Avengers se sont multipliés jusqu’à 2012 : Iron Man 2 (2010), Thor (2011), Captain America : First Avenger (2011) et The Avengers (2012). Cette phase se conclue donc avec la réunification des super-héros au sein des Avengers.

La phase 2 s’est développée dans la foulée, et encore une fois, c’est Iron Man, le troisième opus, qui a déclenché la phase en 2013. Thor : Le Monde des Ténèbres (2013), Captain America : Soldat de l’Hiver (2014), les Gardiens de la Galaxie (2014), The Avengers : L’Ère d’Ultron, et Ant-man composent cette phase. À noter que les Gardiens de la Galaxie a été la seule production où aucun super-héros « majeur » n’apparaissait … ce qui n’a pas empêché les téléspectateurs de l’apprécier.

Aujourd’hui, nous en sommes à la phase 3, qui devrait s’étaler jusqu’à 2019. Au programme : Captain America : Civil War, qui vient de sortir dans les salles et s’annoncent comme un gros succès, Doctor Strange qui sortira également cette année, les Gardiens de la Galaxie 2 (2017), Spider-Man : Homecoming (2017) dont Marvel a racheté les droits, Thor : Ragnarock (2017), Black Panther (2018), Avengers : Infinity War (Part.1 – 2018), Ant-Man and the Wasp (nom français pas encore dévoilé – 2018), Captain Marvel (2019), Avengers : Infinity War (Part.2 – 2019), et enfin Inhumans (2019) composeront cette phase. Beaucoup de nouveautés et de blockbusters à prévoir ses prochaines années donc par Marvel Studios.


Confirmé il y a peu, une quatrième phase est déjà en cours de réflexion. Kevin Feige, porte-parole de Marvel, a déclaré que 14 films étaient déjà prévus jusqu’à 2028, sans en annoncer davantage. Il reste encore de belles années devant Marvel !

Mon avis sur l’Univers Cinématographique de Marvel

En tant que fan de l’univers DC Comics, dont je prépare un article, je vais essayer d’être le plus neutre possible et de ne pas trop enfoncer Marvel. De mon point de vue, l’idée de tout rassembler sous Marvel Studios était une très belle idée, tout comme la création des phases. Marvel sait ce qu’il fait, il sait où il veut aller. C’est indéniable. Chaque film est attendu comme un tournant et se révèle cohérent avec tout l’univers. Néanmoins, je me « force » à regarder les films Marvel, car je trouve que les super-héros font trop « super-héros », et on en voit que peu la limite. Malgré des effets spéciaux incroyables, l’intrigue ne me plaît pas toujours, et j’aurai aimé un côté plus dark, plus sombre, plus adulte. En accentuant sur le spectaculaire, Marvel a conquis le grand public, mais ne fait courir aucun, ou peu de dangers à ses personnages, qui ne se prennent pas toujours au sérieux. De mon point de vue, tous les films Marvel Studio se ressemble, et c’est une faiblesse. Le seul film à sortir du lot est Gardien de la Galaxie, qui m’a conquis comme aucun Marvel auparavant. Certes, il n’est pas dark, il n’est pas « sérieux », mais il sort du commun, il est original. Et ça m’a suffi, avec un scénario qui tenait la route.

Pour ma part, je dirai que mes Marvel préférés, du moins, depuis plusieurs années, sont ceux qui ne sont, justement, pas produits par les studios Marvel : les X-Men, bien évidemment, et surtout la dernière pépite en date, Deadpool. Enfin, je parlerai aussi des séries télévisées développées par les studios Marvel en collaboration avec Netflix, dont le très bon Daredevil. Peut-être les prochains opus me réconcilieront avec les studios Marvel, nous verrons bien !